• Commerce Équitable France

Découvrez la carte des organisations de producteurs·ice·s certifiées équitables sélectionnées

40 organisations de producteurs·ice·s certifiées équitables sélectionnées en 2021 pour mettre en œuvre leurs projets de transition agroécologique et sociale !


Le programme Equité a finalisé la sélection des 40 projets après en avoir reçu et instruit plus de 120. Au cours des trois prochaines années, ces projets de transition agroécologique et sociale seront menés dans six pays d’Afrique de l’Ouest : en Côte d’Ivoire (32%), au Burkina Faso (27%) et au Ghana (17%), mais aussi au Mali, au Togo et au Bénin. Portés par des organisations de producteur.ice.s qui représentent au total 213.905 producteur·ice·s (dont 78 956 femmes), ces différents projets bénéficieront directement à près de 51 435 producteur·ice·s, parmi lesquel.le.s 33 394 femmes.

Ces projets de transition agroécologique concernent la filière cacao (avec 47% de projets soutenus), la filière karité (22%), la filière des fruits (20%), ainsi que les filières artisanat (7%) et anacarde (2%).


Découvrez en illustration quelques-uns des projets soutenus:




  • La filière cacao : le projet de la KANY en Côte d’Ivoire

KANY est l’une des rares coopératives ivoiriennes exclusivement féminine et produisant dès ses débuts du cacao biologique. Elle prévoit notamment de renforcer ses bonnes pratiques en cacaoculture biologique, d’augmenter sa production, de s’ouvrir vers de nouveaux débouchés sur le marché bio-équitable, et de renforcer son organisation interne.


  • La filière karité: le projet de l’ULPK-D au Mali

Au Mali, l’Union Locale des productrices de karité (ULPK-D) est un exemple de coopérative contribuant au renforcement des capacités de production des femmes. En effet, des formations leur seront proposées sur les techniques de suppression des parasites et de compostage en tas, afin d’améliorer la productivité des cultures.


  • La filière fruits : le projet de PAOLINE au Burkina Faso

L’association burkinabé PAOLINE, spécialisée dans la production de mangues séchées, promeut l’autonomisation des femmes par l’amélioration de la qualité des produits, des processus de transformation et des dispositifs de traçabilité. Elle prévoit d’utiliser l’énergie solaire pour répondre aux soucis de délestages électriques, et elle opère également une diversification culturale dans les vergers de manguiers entretenus par l’usage des biopesticides et des composts.


  • La filière de l’artisanat : le projet de Global Mamas au Ghana

L’ONG Global Mamas veut créer de l’emploi pour les femmes ghanéennes à travers la production éthique, innovante et de haute qualité de packaging à base de mycélium et de jacinthe d’eau, utilisant des produits respectueux de l'environnement et destinés à des entreprises responsables. La jacinthe d’eau, espèce aquatique invasive, est un vrai fléau en Afrique sub-saharienne, et sa valorisation en emballages durables s’avère être une alternative prometteuse.


  • La filière anacarde : Le projet PRO-LEF au Burkina Faso

La coopérative PRO-LEF, produisant essentiellement de l’anacarde et de la mangue, souhaite augmenter la productivité de ses cultures durablement. Pour ce faire, elle va s’équiper d’une chaudière à pyrolyse pour réduire la consommation en bois de chauffe, produire du compost à partir des déchets de transformation et acquérir une unité de décorticage de noix.


130 vues0 commentaire