• Commerce Équitable France

Covid-19: des nouvelles des filières équitables en Afrique de l'Ouest

Mis à jour : juil. 8

Le programme Équité a été en dialogue étroit au cours des dernières semaines avec une quinzaine de coopératives certifiées équitables en Afrique de l’Ouest, qui ont pu partager leur appréciation des impacts de la crise sanitaire Covid-19 et de ses impacts économiques sur les principales filières équitables de la région.


Le karité, une filière relativement épargnée pour le moment

Au Burkina Faso, la filière karité est relativement épargnée par les impacts économiques de la crise mondiale Covid-19. Les coopératives certifiées équitables soutenues dans le cadre de la 1ère phase du programme Équité déclarent ne pas enregistrer à ce stade de diminution de leurs volumes de production ni d’annulation de commandes de la part de leurs principaux acheteurs. L’incertitude demeure néanmoins quant aux opportunités de développement de leurs marchés à l’export et au maintien de leur chiffre d’affaires à moyen terme.

L’anacarde équitable, fortement impactée par la crise

La filière anacarde équitable en Afrique de l’Ouest a lourdement souffert de la crise de la Covid-19. La campagne de l’anacarde, ayant démarré au début de la pandémie de la Covid-19, a conduit les acheteurs asiatiques (qui constituent la majorité des acheteurs) à réduire significativement, voire à annuler complètement leurs contrats d’approvisionnement.

Les conséquences sur cette filière sont importantes en fin de campagne, notamment au Burkina Faso, où le manque de liquidités n’a pas permis l’écoulement des stocks, les acheteurs locaux ne parvenant pas à obtenir de prêts bancaires. Par ailleurs, les volumes de noix décortiquées sont en baisse du fait de l’impossibilité de faire fonctionner les unités de décorticage à cause des mesures sanitaires imposées par les États. Au Burkina Faso, deux des coopératives certifiées équitables partenaires du Programme Équité déclaraient enregistrer à la mi-mai des baisses considérables de leurs commandes allant de 50 à 100% sur la campagne 2020 et prévoient d’ores et déjà une baisse conséquente de leur chiffre d’affaires.


Des nouvelles de la filière cacao ivoirienne

La filière cacao en Côte d’Ivoire accuse un ralentissement global tant au niveau de la production, du transport, de la transformation que de la commercialisation. Mais ce ralentissement n’impacte à ce stade pas fortement les producteur·rice·s dans en cette période dite de « petite campagne » pour le cacao.

Néanmoins, les OP certifiées équitables font face aux problèmes suivants :

- Des retards de paiements à tous les échelons : producteur·rice·s, coopératives, exportateurs

- Des retards dans la réalisation des audits de commerce équitable et des difficultés de paiement des organismes certificateurs

- Une augmentation généralisée des dépenses : pour les coopératives, à cause des activités de sensibilisation sur le Covid-19 et des achats de matériel de protection contre la maladie. Pour les producteur·rice·s, tou·te·s les membres de la famille étant au foyer en permanence (y compris les élèves et étudiant·e·s), les dépenses quotidiennes augmentent.



Pour le moment, la crise du Covid-19 en Afrique de l’Ouest est davantage une crise économique qu’une crise sanitaire. Si la sous-région est pour le moment relativement peu touchée par l’épidémie en tant que telle, elle est néanmoins impactée par les mesures de restrictions mises en œuvre par les États (couvre-feux, confinements et barrages routiers), qui ont des conséquences négatives sur les activités agricoles et commerciales. Ces mesures commencent à s’assouplir tout particulièrement au Burkina Faso et au Togo. Les équipes du programme ont d’ailleurs repris leurs activités de terrain à partir du 29 juin 2020.

Un programme mené par :

avec le soutien de :