• Commerce Équitable France

Lancement de l'initiative française pour un cacao durable

ONG, entreprises françaises du chocolat, pouvoirs publics et chercheurs ont signé le 5 octobre dernier des engagements partagés pour un cacao durable. Pour Commerce Equitable France, signataire de cette déclaration aux côtés d’autres acteurs du commerce équitable, il s’agit d’une opportunité unique de faire entendre la voix des producteur.ice.s de cacao ouest africains et de promouvoir le double agenda “prix rémunérateurs et transition agro écologique des modes de production”

Le mardi 5 octobre 2021, à l’occasion de la Journée Mondiale du Cacao 2021 et du Sommet Afrique France, une étape décisive était franchie avec la signature de l’Initiative française pour un cacao durable par les pouvoirs publics, la plupart des entreprises du secteur, des enseignes de distribution des centres de recherche et plusieurs ONGs, dont Commerce Equitable France, autour d’engagements communs pour une filière cacao responsable face aux enjeux majeurs de la déforestation, de la grande pauvreté et du travail des enfants.




Légende : CEF, Max Havelaar France et NITIDAE siègent au sein du collège “ONG” de l' initiative. @pôleCommunicationCEF


Commerce Equitable France et ses adhérents souhaitent au travers de leur participation à cette initiative, promouvoir la transformation des modes de production comme levier pour freiner la déforestation et augmenter les revenus des producteur.ice.s, et plus particulièrement, articuler la question de l’amélioration des revenus à celle des prix. De plus, la responsabilité d’un revenu décent pour le producteur.ice devra être partagée entre tous les acteurs de la chaîne de valeur du cacao, notamment sur le plan financier, et le plaidoyer de Commerce Equitable France portera fortement sur ce volet.


Le programme ÉQUITÉ, mis en oeuvre par Commerce Equitable France et AVSF constitue un catalyseur d'expérimentation de terrain mises en oeuvre par des coopératives et un espace d'échanges pluri acteurs qui permettra de porter au sein de l'initiative française la voix des producteur.ice.s ouest-africain;e;s.

Les signataires de cette nouvelle initiative, dont Commerce Equitable France, Max Havelaar France et NITIDAE du mouvement français du commerce équitable, s’engagent à:

  • Améliorer le revenu des cacaoculteurs et de leurs familles, afin qu’ils puissent atteindre un revenu décent au plus tard d’ici à 2030, en collaboration avec les pays producteurs

  • Mettre fin au plus tard d’ici 2025 aux approvisionnements de l’industrie française du cacao issus de zones déforestées, lutter contre la dégradation des forêts, et préserver les massifs forestiers et les zones à forte valeur environnementale demeurant

  • Accélérer la lutte contre le travail des enfants et le travail forcé dans les approvisionnements de la filière française d’ici 2025

L’initiative française pour un cacao durable s’inscrit dans une dynamique européenne qui a vu depuis 2012, l’émergence de plateformes nationales public-privé en Allemagne (GISCO), en Suisse (SWISSCO), en Belgique (Beyond Chocolate) et au Pays-Bas (DISCO), rassemblant l'industrie, les entités gouvernementales et les organisations de la société civile des pays consommateurs de chocolat afin de promouvoir la durabilité de la filière cacao. Le “FRISCO” s’inscrit également dans trois autres dynamiques:

  • La Directive européenne sur le devoir de vigilance qui oblige les multinationales à assurer une activité de production respectueuse des droits humains et de l’environnement sur l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement

  • Le Règlement européen sur la déforestation importée qui imposera la mise en place de systèmes de traçabilité plus contraignants pour les fèves de cacao et les produits dérivés

  • La Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée, qui veut mettre fin en 2030 à l’importation sur le territoire français de produits forestiers ou agricoles non durables contribuant à la déforestation.

Ces prises de conscience sont une réponse au constat dramatique de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) annonçant que, d’ici une dizaine d’années, il n’y aura plus de forêts en Afrique de l’Ouest si la cacaoculture n’emprunte pas un chemin plus durable. En témoigne ce chiffre alarmant: entre 2000 et 2010, l’Afrique a perdu 3,4 millions d’hectares de forêts par an, à cause de la production de cacao.


> Voir le Communiqué de presse de Commerce Equitable France et du collège ONG

26 vues0 commentaire