• Commerce Équitable France

Togo : Retours sur les succès de la PROCAB

Mis à jour : 20 déc. 2019


Partenaire depuis 2015 de la marque ALTER ECO, la coopérative PROCAB, réunit 1560 producteur·rice·s de cacao biologique installé·e·s dans la région Kpalimé, à 1h30 de Lomé au Togo. De ce partenariat est née une tablette de chocolat "puissant et cacaoté", qui permet à la PROCAB d'enregistrer +19% de revenus par rapport au marché conventionnel.



Le programme EQUITE a apporté son soutien à la PROCAB en 2017 et 2018, dans le cadre d'un projet visant à : renforcer la gestion interne, augmenter la maîtrise des techniques d’agroforesterie et l’augmentation durable de la production de ses membres, et augmenter les débouchés sur les marchés bio et équitables.


Des objectifs qui ont été globalement atteints, notamment grâce à :

  • la mise en place de formations des producteur·rice·s sur la vie associative, la récolte, la fermentation et le conditionnement des fèves de cacao, les méthodes de création d’une pépinière de plants cacaoyers et la transplantation des arbres, les techniques de production de cacao en systèmes agroforestiers, notamment sur 8 champs écoles paysans .

  • la distribution de 4250 plants d'orangers et de 4250 plants d'avocatiers comme arbres d’ombrage à 300 producteur-rice-s et la mise en place de plus de 10 pépinières communautaires constituent une nette avancée vers des systèmes agroforestiers durables.

  • Les voyages d’étude au Ghana auprès d’une coopérative productrice de cacao biologique et équitable et auprès de la coopérative togolaise ATSEMAWOE ont permis au Comité de Gestion de la PROCAB de renforcer ses capacités sur l’itinéraire technique du cacao biologique et sur la gestion d’un groupement de producteur-rice-s, tout en leur permettant d'identifier les difficultés et les perspectives de la production du cacao biologique et équitable au Togo.

  • La réalisation du diagnostic organisationnel de la coopérative.


Les techniques de transplantation enseignées sur les champs écoles et lors des formations ont notamment permis aux producteur-rice-s d’enregistrer un taux de survie des jeunes cacaoyers de plus de 90% après 14 mois de transplantation.

La sensibilisation sur les associations de cultures (manioc, banane, igname) dans les jeunes plantations de cacaoyers ont permis aux producteur-rice-s qui ont appliqué ces techniques d’engranger un revenu annuel d’au moins 300 000 FCFA sur 0,25 ha en attendant que les cacaoyers entrent en production d'ici 3 ou 4 ans.


34 vues

Un programme mené par :

avec le soutien de :