Cacao & conversion à la Bio : Interview d'Aminata Bamba de l'Union ECOOKIM

 

Interview  avec Mme Aminata BAMBA, Responsable Développement durable au sein de l'Union ECOOKIM.

 

ECOOKIM est une union de 23 coopératives de cacao de base en Côte d'Ivoire qui réunit 11.850 producteur.rice.s et s'inscrit depuis 2010 dans le commerce équitable à travers le label Fairtrade Max Havelaar.

 

Les coopératives de l’Union ECOOKIM sont en cours d’obtention de la certification « agriculture biologique » : pourquoi avez-vous décidé d’aller vers cette nouvelle certification ?

 

AM : L’Union ECOOKIM a pour le moment obtenue une certification Bio pour une seule des 23 coopératives membres et a entamé la procédure avec 9 autres de ses coopératives. La certification « agriculture biologique » répond au besoin de diversification de nos marchés d’exportation d’une part et d’autre part à notre politique environnementale, qui préconise la fertilisation organique et la gestion intégrée des nuisibles.

 

Il existe aujourd’hui très peu de coopératives de cacao en Côte d’Ivoire qui sont certifiées bio. Pourquoi cette pratique plus respectueuse de l’environnement vous semble importante à développer aujourd’hui en Côte d’Ivoire ? Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez en production conventionnelle ?

 

AM :  A travers le système de production de cacao biologique, ECOOKIM entend jouer pleinement son rôle dans la préservation de l’environnement tout en assurant de meilleurs revenus à ses producteurs. Ainsi, dès le départ nous avons mis l’accent sur la formation des producteurs et la gestion des intrants chimiques. Et au fil du temps, nous nous sommes aperçus que l’application des bonnes pratiques agricoles telles que la taille et la récolte sanitaire permettait d’améliorer les rendements tout en réduisant fortement l’utilisation des intrants chimiques. Cela nous a donc confortés dans notre choix de nous orienter vers l’agriculture biologique. Certes, ce système demande plus de technicité et d’efforts de la part des producteurs mais il concourt à la durabilité de la cacaoculture et à la protection de l’environnement.

Par ailleurs, ECOOKIM participe présentement au Programme Equité à travers lequel nous avons acquis de nouvelles compétences en fertilisation organique notamment l’utilisation du compost obtenu à partir des sous-produits du cacao. En effet, le compost a l’avantage d’améliorer la fertilité du sol tout en contribuant à l’hygiène des vergers de cacao (élimination des coques vides dans les champs). Au regard des avantages économiques et environnementaux de l’agriculture biologique, nous pensons que ce système de production peut contribuer énormément à la durabilité de la cacaoculture ivoirienne notamment sur le plan environnemental (maintien de la biodiversité, restauration de la fertilité naturelle des sols, etc.).

 

Les consommateurs européens sont friands de produits certifiés à la fois « bio » et « commerce équitable » : quelles sont les nouvelles  opportunités de marchés que vous identifiez pour le cacao ivoirien ?

 

AM : Le marché du chocolat bio est en expansion en Europe et nous pensons que l’opportunité mérite d’être saisie par les producteurs ivoiriens. En effet, dans ce contexte de volatilité des prix du cacao sur le marché international, le cacao bio se présente comme une véritable solution pour les producteurs car il offre un meilleur prix.

Pour les coopératives déjà certifiées commerce équitable comme ECOOKIM, l’intérêt des consommateurs pour le chocolat certifié « bio » et « commerce équitable » constitue une opportunité intéressante. En effet, ces coopératives pourraient améliorer leurs accès au marché en obtenant aussi la certification biologique.  Cet intérêt des consommateurs pour les deux labels augure sans doute de belles perspectives pour les organisations de producteurs détenant les deux certifications (bio et équitable).

 

En savoir + sur ECOOKIM

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Choisissez un thème
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Un programme mené par :

avec le soutien de :