Les coopératives de commerce équitable s'appuient sur les paysans pour diffuser les innovations agroécologiques !

01/10/2018

Afin d'impliquer davantage les producteur·rice·s dans l'amélioration de leur système de production, deux dispositifs complémentaires de recherche-action ont été mis en place avec succès par trois coopératives du Programme Équité : des champs écoles paysans, c'est-à-dire des parcelles abritant des innovations agroécologiques, et des paysans-relais, c'est-à-dire les propriétaires de ces mêmes parcelles et qui sont en charge de promouvoir ces innovations auprès de leurs voisin·e·s. Les champs écoles paysans constituent alors de véritables lieux d'apprentissage participatifs entre producteur·rice·s tandis que les paysans-relais se chargent de la diffusion de leurs savoir-faire innovants ! 

 

Chez la PROCAB au Togo et chez la CAMAYE en Côte d'Ivoire, le Programme Équité donnent les moyens à leurs producteur·rice·s de diversifier leurs revenus et d'améliorer leur système de production grâce à l'évolution des cacaoyères vers l'agroforesterie. Cette mise en culture sous couvert arboré (bananiers, orangers, akpis, etc) permet aux cacaoyers de résister aux effets du changement climatique et de renforcer la résilience des producteur·rice·s grâce à la diversification de leurs productions agricoles.

 

Au Togo, la PROCAB a mis en place huit champs écoles paysans au sein desquels des cacaoyères sont cultivées sous des arbres d'ombrage (bananiers notamment et en association avec des cultures vivrières (tomates, piments, manioc, igname, etc.). Sur ces champs écoles, 240 paysans-relais ont été formé·e·s sur les 942 membres que compte la coopérative. Chaque paysan-relais de la PROCAB est maintenant à même d'encadrer un à quatre producteur·rice·s membres de l'OP dans l'adoption des principes de l'agroforesterie ! 

 

Chez la CAMAYE en Côte d'Ivoire, 20 parcelles ont été plantées en agroforesterie sur 10 hectares. Parmi les propriétaires de ces parcelles, quatre ont été identifiés et sélectionnés comme paysans-relais. Appuyés par l'équipe en charge du Programme Équité au sein de la CAMAYE, ces paysans-relais ont alors consolidé le travail de sensibilisation des membres de la coopérative sur les atouts de l'agroforesterie : 32 producteur·rice·s ont manifesté un intérêt pour dupliquer les champs agroforestiers et à ce jour, huit nouvelles parcelles de cacao ont d'ores et déjà été plantées sous couvert arboré ! En parallèle, ces paysans-relais ont renforcé la communication autour des avantages à se convertir à l'agriculture biologique : environ 100 producteur·rice·s ont manifesté leur intérêt. Un audit par l'organisme de certification Ecocert est en cours. 

 

Au Burkina Faso, la coopérative COOPAKE, spécialisée dans la production de karité, promeut la diversification des cultures, notamment l'introduction de la culture du sésame dans les parcs à karité valorisés par ses producteur·rice·s membres. L'association culturale sésame/karité permet aux paysan·ne·s d'augmenter leurs revenus pendant la période de soudure et de valoriser des terres marginales dans les parcs à karité. C'est pourquoi la COOPAKE a alors mis en place quatre champs écoles paysans d'un hectare de sésame chacun. Les quatre paysans-relais en charge de ces champs écoles ont sensibilisé leurs collègues aux bénéfices de la mise en culture du sésame en association avec les arbres à karité. En parallèle, les formations dispensées sur la culture du sésame ont participé à la hausse des revenus des producteur·rice·s de sésame de 25 000 FCFA à 60 000 FCFA/ha ! 

 

La Coopérative Agricole Mawoube de Yere-yere (CAMAYE) rassemble 1314 membres, dont 250 femmes. Née en 2008, elle opère dans le Sud-Est du pays, près de la frontière avec le Ghana. Elle est certifiée en commerce équitable sous le label Fairtrade Max Havelaar. 

 

La SCOOPS PROCAB réunit 831 membres (dont 779 hommes et 52 femmes), producteur·rice·s de cacao biologique, sur la région des plateaux du Togo. Depuis sa création, la PROCAB est engagée pour la promotion d'une agriculture biologique et durable, et a obtenu la certification Agriculture Biologique en 2011. Elle possède également le label de commerce équitable Fairtrade Max Havelaar depuis 2015. 

 

La Coopérative Agricole du Kénédougou (COOPAKE) rassemble 250 producteur·rice·s (160 hommes et 90 femmes) autour des diverses filières comme l'anacarde, le sésame, la mangue ou encore l'hibiscus et le karité. La coopérative a obtenu la certification "Agriculture Biologique" d'Ecocert pour une partie de ses producteur·rices en 2000, et est engagée dans une démarche de commerce équitable depuis 2007 avec le label Fairtrade Max Havelaar. 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Choisissez un thème
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Un programme mené par :

avec le soutien de :