L’AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DES FÈVES DE CACAO CHEZ LA SCEB : LEVIER D’UNE MEILLEURE RÉPARTITION DE LA VALEUR AJOUTÉE AU SEIN DE LA FILIÈRE IVOIRIENNE ?

 

La Côte d’Ivoire est le premier producteur et exportateur mondial de fèves de cacao avec près du tiers de la production totale. Actuellement, la répartition de la valeur ajoutée d’une tablette de chocolat noire issue de la filière cacaoyère ivoirienne conventionnelle est très inégale : seulement 7% de la valeur ajoutée revient aux producteur.rice.s contre plus 65% à l’aval de filière (distributeurs et marques).

 

Cette répartition inégale reflète non seulement la très forte concentration des acteurs de l’aval face à l’atomisation de l’amont mais également la stratégie marketing des marques de chocolat : les produits chocolatés vendus aux consommateur.rice.s valorisent un « univers de marque » totalement déconnecté de l’origine du « cacao » ; à savoir sa qualité, son processus de fabrication, son organisation de producteur.rice.s, etc. In fine, les fèves de cacao sont importées de manière massifiées (en très gros volumes) et sont mélangées, sans distinction de leur origine. Ainsi, la rémunération des producteur.rice.s en lien avec la qualité organoleptique et l’origine « terroir » des fèves vendues devient impossible.

 

Grâce à la dimension partenariale du commerce équitable, les acteurs engagés de l’aval de la filière

ivoirienne du cacao peuvent justement rééquilibrer cette répartition inégale de la valeur ajoutée en modifiant le positionnement marketing des produits chocolatés : la valorisation de la qualité organoleptique et de l’origine terroir des fèves de cacao dans l’offre « produits » peut contribuer à l’amélioration de la répartition de la valeur ajoutée entre l’amont et l’aval de la filière.

 

 C’est ce qu’a constaté la délégation du programme EQUITE lors de sa mission de suivi chez la Société coopérative Equitable du Bandama (SCEB) à M’Brimbo fin novembre 2018 sur le terrain. Grâce à l’appui du programme EQUITE et de son principal acheteur, cette coopérative a pu investir dans un processus d’amélioration de la qualité :

  • Mise en place 6 caisses de fermentation des fèves de cacao facilitant le retournement des fèves et

    permettant de mieux exprimer leur qualité organoleptique.

  • Le contrôle qualité a également été renforcé avec un magasinier formé sur le test à la coupe de la « guillotine à fèves » et l’enregistrement des analyses sur ordinateur. Concrètement, une guillotine à fèves permet de couper les fèves en deux afin de contrôler visuellement la qualité et le niveau de fermentation des fèves.

 

Le déploiement à grande échelle de ces innovations au sein des filières cacaoyères ivoiriennes équitables et conventionnelles est fondamentale, notamment afin d’améliorer les revenus et le niveau de vie des producteur.rice.s : le soutien des coopératives par des programmes de développement comme ÉQUITÉ permettent justement cette dissémination !

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Choisissez un thème
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Un programme mené par :

avec le soutien de :